• (+221) 33 849 16 66
  • |
  • info@panos-ao.org
  • |

Lutte contre l’extrémisme religieux : un prétexte pour violer les droits humains

L’état de la démocratie en Afrique ne mérite pas des fleurs. Quand les Ong déclinent la liste de leurs griefs à la tribune de leur forum pour la 61e Commission africaine des Droits de l’homme et des peuples (Cadhp), le tableau noircit au fur et à mesure que les rapports des délégués se succèdent. Au rayon de la démocratie, des Droits de l’homme et de l’Etat de droit en Afrique il reste beaucoup à faire. Et dans ce tableau peu reluisant, le cas de l’Afrique de l’ouest apparait comme une spécificité. Avec le terrorisme qui y sévit, on note une recrudescence de la torture et la multiplication des exécutions extra-judiciaires.

Point focal Afrique de l’ouest, Mme Mélanie Kombaté regrette que l’espace de la société civile se rétrécisse en ces moments où les violations des droits humains, de la part des Etats comme de la part des groupes armés, deviennent des pratiques qui se banalisent. Si le terrorisme est à bannir pour elle, la lutte contre le terrorisme est aussi à flétrir quand elle se pose comme une porte ouverte à toutes sortes d’abus sous prétexte d’une situation exceptionnelle. « Exécution extra-judiciaires, violation de domiciles et des cas de tortures sont souvent constatés dans des pays touchés par ce phénomène », note-t-elle. Le cas le plus représentatif reste celui du Nigeria, où la lutte contre Boko Haram a fait le lit de nombreux excès, mais le phénomène se généralise. Dans tous les pays où sévit l’extrémisme religieux (Mali, Niger, Tchad, etc.) la vigilance s’impose pour une préservation des droits humains.

D’autres parmi les seize pays d’Afrique de l’ouest ont été épinglés. En particulier le Togo où la répression des troubles politiques actuels donne lieu à des assassinats de manifestants pacifiques, sans compter les expéditions punitives. Mais aussi la Guinée où on note des arrestations arbitraires et des morts d’hommes et la Sierra Léone épinglée pour les restrictions de liberté.

Herman Bléoué  

A Propos de l'IPAO

L'IPAO est une organisation non gouvernementale africaine indépendante d'appui aux médias, à la communication, créée en 2000, qui opère principalement en Afrique de l'Ouest. L'IPAO est membre du Réseau Panos (« Panos Network ») qui regroupe 8 Instituts Panos autonomes. Le Réseau Panos est légalement enregistré aux Pays-Bas comme « Fondation du Réseau Panos ». Le Réseau est gouverné par un «...

AUDIO


Entretien avec Alioune Tine, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre
Commission africaine des droits de l’homme et des peuples
La montée de l’homophobie : Le cas du Burkina
Discours du président gambien Adama Barrow (61ème CADHP)