• (+221) 33 849 16 66
  • |
  • info@panos-ao.org
  • |

Me Nicole Odia - Action contre l’impunité pour les droits humains : « La société civile n’est qu’un mouvement d’appui »

Avocate et initiatrice de l’Ong Action contre l’impunité pour les droits humains, Nicole Odia a fait le déplacement de la République démocratique du Congo jusqu’à Banjul pour suivre un dossier...

Flamme d’Afrique : En dehors de la 61e session ordinaire de la Commission Africaine des droits de l’homme et des peuples, quel autre intérêt vous a conduit à Banjul ?

Nicole Odia : Mon organisation a présenté un cas devant la Commission, je suis aussi là pour cette raison.

Flamme d’Afrique : De quel cas s’agit-il ?

C’est un cas concernant les violences sexuelles faites aux femmes.

Flamme d’Afrique : Est-ce  récurrent en Rd Congo ?

Il y a longtemps qu’on en parle au Congo. Des actions judiciaires ont même été menées. Le gros problème est celui de la réparation pour ces femmes.

Flamme d’Afrique : Le blocage est-il judiciaire ou politique ?

Il est à tous les deux niveaux. Mais il est surtout judiciaire parce que les recours n’ont pas été examinés. Quand bien même il y a des décisions, il n’y a pas l’exécution de ces décisions en termes de réparation pour les victimes.

Flamme d’Afrique : Qui sont les auteurs de ces violences basées sur le genre ?

La plupart des cas présentés devant des juridictions concernent les officiers des forces de police et de l’armée.

Flamme d’Afrique : Pourquoi ce sont les personnes chargées de la sécurité des populations qui sont leurs bourreaux ?

Nous même nous ne comprenons pas. La Constitution voudrait que la police assure la sécurité des personnes et des biens. Et on se retrouve dans une situation dans laquelle les personnes qui ont la charge de faire respecter les lois qui commettent ces violations.

Flamme d’Afrique : La sensibilisation menée par la société civile ne porte-t-elle donc pas ses fruits ?

Elle a porté des fruits à un certain moment, mais il y a eu recrudescence. La société civile n’est qu’un mouvement d’appui. Les premiers responsables sont l’Etat et la police. Nous, nous faisons un travail de rappel de cette sécurité dont doivent bénéficier les personnes et leurs biens.

Herman Bléoué

A Propos de l'IPAO

L'IPAO est une organisation non gouvernementale africaine indépendante d'appui aux médias, à la communication, créée en 2000, qui opère principalement en Afrique de l'Ouest. L'IPAO est membre du Réseau Panos (« Panos Network ») qui regroupe 8 Instituts Panos autonomes. Le Réseau Panos est légalement enregistré aux Pays-Bas comme « Fondation du Réseau Panos ». Le Réseau est gouverné par un «...

AUDIO


Entretien avec Alioune Tine, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre
Commission africaine des droits de l’homme et des peuples
La montée de l’homophobie : Le cas du Burkina
Discours du président gambien Adama Barrow (61ème CADHP)